Imprimer cette page

Annonce de la béatification de dix-neuf de nos frères et sœurs : communiqué des évêques d’Algérie

Annonce de la béatification de dix-neuf de nos frères et sœurs : communiqué des évêques d’Algérie

Notre Eglise est dans la joie. Le Pape François vient d’autoriser la signature du décret de béatification de « Mgr Pierre Claverie et ses 18 compagnes et compagnons ». La grâce nous est donnée de pouvoir faire mémoire de nos dix-neuf frères et sœurs en qualité de martyrs, c’est-à-dire, (selon le sens du mot lui-même), de témoins du plus grand amour, celui de donner sa vie pour ceux qu’on aime.

Devant le danger d’une mort qui était omniprésent dans le pays, ils ont fait le choix, au risque de leur vie, de vivre jusqu’au bout les liens de fraternité et d’amitié qu’ils avaient tissés avec leurs frères et sœurs algériens par amour. Les liens de fraternité et d’amitié ont ainsi été plus forts que la peur de la mort.

Nos frères et sœurs n’accepteraient pas que nous les séparions de ceux et celles au milieu desquels ils ont donné leur vie. Ils sont les témoins d’une fraternité sans frontière, d’un amour qui ne fait pas de différence. C’est pourquoi, leur mort met en lumière le martyre de nombre de ceux et celles, algériens, musulmans, chercheurs de sens qui, artisans de paix, persécutés pour la justice, hommes et femmes au cœur droit, sont restés fidèles jusqu’à la mort durant cette décennie noire qui a ensanglanté l’Algérie.

Aussi notre pensée rassemble dans un même hommage tous nos frères et sœurs algériens, ils sont des milliers, qui n’ont pas craint eux non plus de risquer leur vie en fidélité à leur foi en Dieu, en leur pays, et en fidélité à leur conscience. Parmi eux nous faisons mémoire des 99 imams qui ont perdu la vie pour avoir refusé de justifier la violence. Nous pensons aux intellectuels, écrivains, journalistes, hommes de science ou d’art, membres des forces de l’ordre, mais aussi aux milliers de pères et mères de famille, humbles anonymes, qui ont refusé d’obéir aux ordres des groupes armés. Nombre d’enfants ont aussi perdu la vie emportés par la même violence.

Nous pouvons nous arrêter à la vie de chacun de nos dix-neuf frères et sœurs. Chacun est mort parce qu’il avait choisi, par grâce, de rester fidèle à ceux et celles que la vie de quartier, les services partagés, avaient fait leur prochain. Leur mort a révélé que leur vie était au service de tous : des pauvres, des femmes en difficultés, des handicapés, des jeunes, tous musulmans. Une idéologie meurtrière, défiguration de l’islam, ne supportait pas ces autres différents par la nationalité, par la foi. Les plus peinés, au moment de leur mort tragique, ont été leurs amis et voisins musulmans qui avaient honte que l’on utilise le nom de l’islam pour commettre de tels actes.

Mais nous ne sommes pas, aujourd’hui, tournés vers le passé. Ces béatifications sont une lumière pour notre présent et pour l’avenir. Elles disent que la haine n’est pas la juste réponse à la haine, qu’il n’y a pas de spirale inéluctable de la violence. Elles veulent être un pas vers le pardon et vers la paix pour tous les humains, à partir de l’Algérie mais au-delà des frontières de l’Algérie. Elles sont une parole prophétique pour notre monde, pour tous ceux qui croient et œuvrent pour le vivre ensemble. Et ils sont nombreux ici dans notre pays et partout dans le monde, de toute nationalité et de toute religion. C’est le sens profond de cette décision du Pape François. Plus que jamais, notre maison commune qu’est notre planète a besoin de la bonne et belle humanité de chacun.

Nos frères et sœurs sont enfin des modèles sur le chemin de la sainteté ordinaire. Ils sont les témoins qu’une vie simple mais toute donnée à Dieu et aux autres peut mener au plus haut de la vocation humaine. Nos frères et nos sœurs ne sont pas des héros. Ils ne sont pas morts pour une idée ou pour une cause. Ils étaient simplement membre d’une petite Eglise catholique en Algérie qui, bien que constituée majoritairement d’étrangers, et souvent considérée elle-même comme étrangère, a tiré les conséquences naturelles de son choix d’être pleinement de ce pays. Il était clair pour chacun de ses membres que quand on aime quelqu’un on ne l’abandonne pas au moment de l’épreuve. C’est le miracle quotidien de l’amitié et de la fraternité. Beaucoup d’entre nous les ont connus et ont vécu avec eux. Aujourd’hui leur vie appartient à tous. Ils nous accompagnent désormais comme pèlerins de l’amitié et de la fraternité universelle.

 Alger, le 27 janvier 2018
 + Paul Desfarges, archevêque d’Alger
 + Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran
  + John MacWilliam, évêque de Laghouat
  + Jean-Marie Jehl, administrateur de Constantine

Prière de Christian de Chergé

« Il m'a aimé jusqu'à l'extrême,

l'extrême de moi, l'extrême de Lui.

Il m'a aimé à sa façon, gracieusement, gratuitement,...

comme je ne sais pas aimer :

cette simplicité, cet oubli de soi,

ce service humble et non gratifiant.

Il a aimé les siens jusqu'à l'extrême,

ils sont tous à Lui, chacun comme unique,

une multitude d'uniques.

Il a tant aimé les hommes

qu'Il leur a donné son Unique :

et le Verbe s'est fait FRERE. Amen. »

 

 

Gure 19 anai arreben dohatsutasunerat altxatzea
Algeriako apezpikuen gutuna

Gure Eliza pozean dago. Frantxoa Aita Sainduak Pierre Claverie apezpikua eta bere 18 lagunak dohatsu deklaratzeko gutuna sinatu berria du. Grazia hori emana zauku  gure 19 anai arrebetaz orroitzea martir gisa, erran nahi baita, hitz horrek erraiten duen bezala, amodio handienaren lekuko direla, maite izan dituztenentzat beren bizia emaiterainoko amodioa. Herri hortan zen heriotzearen lanjerraren aintzinean, hautua egin dute, amodioz eta beren bizia irriskatuz, algeriako anaiekin lotuak zituzten anaitasun eta adixkidantza lokarriak bururaino bizitzea. Beraz, gisa hortan, lokarri horiek heriotza baino azkarrago izan dira.

Gure anai arrebek ez lezakete onar behex ditzagun heiekin bizi izan diren guzietarik. Mugarik gabeko anaitasun baten lekukoak dira, berexkuntzarik egiten ez duen amodio baten lekukoak. Horra zertako beren heriotzeak hainbeste algeriano, musulmano eta egi ikerleen martirioa argistatzen duen, Algeria odolstu duen hamarkada hortan, bakegile, justiziaren gatik pertsegituak, bihotz xuxeneko gizon eta emazteak, heriotzeraino iraun duten guziak.

Horren gatik, omenaldi huntan elgarretaratzen ditugu Algeriako gure anai arreba guziak, milaka dira, beren bizia irriskatzea beldur izan ez direnak, Jainkoaren baitan zuten fedeari , bere herriaren amodioari, edo beren kontzientziari jarraikiz.  Heien artean, orroitarazi nahi ditugu  bortizkeria errefusatzea gatik, beren bizia galdu duten 99 imam algerianoak. Gogoan ditugu ere, intelektual, idazle, berriketari, zientzia edo arte gizonak, segurtasun gizonak, bainan ere aitamak milaka, ez ezagun guziak, indar armatueri desobeditzea hautatu dutenak. Zonbat haur ez dira hil  holako bortizkerien gatik !

Beha ditzagun orai 19 anai arreba horien biziak. Bakotxa hil da  kartiereko biziak, zerbitzio mota guziek beren lagun urko eginak zituzteneri atxikiak egon direlakotz. Heien heriotzeak argitaratu du  heien bizia denen zerbitzuko emana zutela: pobreak, zailtasunean ziren emazteak, handikapatuak, gazteak, denak musulmanoak .  Islamaren desitxuratze den hiltze ideologia batek  ez zituen onartzen ahal sortzez eta fedez desberdinak ziren horiek. Hil dituztelarik, penatuenak ziren auzoko musulmanoak, ahalge baitziren islamaren izenean holako aberekeriak eginak izan zitezen.

Bainan ez dugu atzokoari behatu nahi bakarrik. Dohatsu altxatze horiek oraina eta geroarentzat argi bat izan ditazke. Herra ez dela herrari erantzun egokia salatzen dute, bortizkeriaren gurpil zorotik (edo espiralatik) bazter ditaikela. Bake eta barkamenari buruz urrats bat izan ditaizke gizon guzientzat, Algerian hasiz, bainan ere muga guzien bestaldean.  Hitz profetiko bat dira gure munduarentzat, elgar bizitzarentzat ari diren guzientzat. Eta ainitz dira, gure herrian eta munduan barna, nazionalitate eta erlisione guzietakoak. Horra Frantxoa Aita Sainduaren erabaki horren erranahi sakona. Sekulan baino gehiago, gure etxe komuna dugun planeta hunek badu bakotxaren gizatasun eder eta onaren behar gorria.

Azkenik, gure anai arreba horiek modelo batzu ditugu saindutasunerako bidean. Beren biziaz erakusten daukute Jainkoari xinpleki bainan osoki eman bizi bat  bokazione baten azken pundu goreneraino doala. Ez dira heroiak. Ez dira ideia edo kausa batendako hilak. Algerian den Eliza katoliko ttipi baten menbro ziren, kanpotiarra ikusia izana gatik ere, arras herri huntakoa izaitea hautatu duena. Argi da gu bakotxarentzat, norbait maite dugularik, ez dugula abandonatuko gaizki den mementoan. Hori da adixkidetasun eta anaitasunaren eguneroko mirakuilua. Gutarik ainitzek ezagutu ditugu, heiekin bizi izan gira. Orai  heien bizia denena da. Hemendik harat, gurekin izanen ditugu betikotz adiskidetasun eta anaitasun unibertsalaren beilari.

 Alger, 2018 urtarrila 27
 + Paul Desfarges, Alger arkapezpikua
 + Jean-Paul Vesco, Oran apezpikua
  + John MacWilliam, Laghouat apezpikua
  + Jean-Marie Jehl,   Constantine administratorea

 

 

Christian de Chergé ren otoitza :

Ezin gehiagoraino maitatu nau,

nere ezin gehiago eta bere ezin gehiagoraino !

Bere moldean maitatu nau, urririk, dohainik …

Nik maitatzen ez dakitan bezala :

xinpleki, bere burua ahantziz,

umilki eta erantzunik gabeko zerbitzuaz.

Bereak ezin gehiago maitatu ditu,

denak bereak dira, denak paregabeak gitzaizkio,

paregabe oste handi bat.

Hain du gizakia maitatu

nun bere Seme bakarra eman baitio :

eta Hitza ANAI egin da. Amen

 

Traduction en basque - Itzulpena euskaraz : Abbé Jean-Michel Barneche apeza.

 

Vous allez aimer...