AGUR MARIA !

Il y a quatre ans, Monseigneur Aillet est venu rencontrer des jeunes dont je faisais partie.  "Avez-vous déjà participé aux fêtes de Bayonne?" nous avait-il demandé.  Nous n'y étions jamais allés mais là, nous étions prêts à les vivre de la façon dont il nous proposait d'y participer. "Et si vous partiez faire de l'Evangélisation pendant les fêtes? " nous avait-il suggéré. Et c'est ainsi que le groupe d'évangélisation Agur Maria est né. Par ce nom, nous voulions marquer notre attachement à la Vierge Marie, elle qui a été le guide des Apôtres, elle qui a su mieux que tout autre porter au monde la Bonne Nouvelle du Salut.

AgurMaria_Mgr_Aillet.jpg

Chaque année à la veille des fêtes nous nous préparons par une journée de retraite afin d'ouvrir nos cœurs à l'Esprit-Saint. Et dès le jeudi des fêtes et jusqu'au dimanche soir, vêtus de rouge et de blanc, au son des paquitos et des bandas nous allons deux par deux, Bible à la main, annoncer la Source de la Vie aux personnes venues s'abreuver dans les rues de la belle Bayonne. L'expérience est forte car elle va au fond des cœurs. Il arrive bien souvent que ceux que nous allons voir nous prennent un peu de haut et d'un ton moqueur répondent à nos questions. Mais ces échanges finissent par devenir plus profonds, les personnes rencontrées pouvant aller jusqu'à se livrer. Quoiqu'il en soit, elles nous écoutent et les échanges peuvent durer plusieurs heures. Il faut aller vite à l'essentiel et beaucoup écouter les blessures et questionnements de ceux que le Seigneur met sur notre route. Si les personnes le désirent, nous les accompagnons déposer une bougie au pied du Saint Sacrement exposé dans la cathédrale tout le long du temps d'évangélisation. Nous avons là l'occasion de présenter au Seigneur les âmes rencontrées et de les confier de manière toute spéciale à sa divine Miséricorde. Là, dans le silence de la prière, silence d'autant plus frappant et prenant que les rues sont bruyantes, défilent au pied du Seigneur les groupes venant s'agenouiller à quelques mètres de l'ostensoir. Nul ne sait ce que le Seigneur fait mais la Foi nous en donne la certitude: le Seigneur vient chercher le cœur des ses brebis. L'une des années passées, un homme ne voulant pas entrer dans la cathédrale y est entré finalement, et voyant le Saint Sacrement est tombé à genoux, en pleurs.

Les journées sont bien remplies: topo de 9h30 à 10h30, répétition de chants de 10h45 à 11h30, messe à 12h à la cathédrale. Après un déjeuner festif, adoration de 14h à 15h. A 15h, deux par deux, départ dans les rues jusqu'à 18h. Enfin, la journée se termine par un temps libre.

Nous espérons chaque année être aussi nombreux que les années précédentes. Tout le monde y est attendu, jeunes et moins jeunes. L'expérience est belle parce qu'elle a le prix du Salut!              

 

Laëtitia de Saizieu

Contact

Article paru in « Notre Eglise » n°  39 (juillet 2013).