Denier de l'Eglise: la campagne se poursuit...

Denier de l'Eglise: la campagne se poursuit...

... et l'Eglise ne peut remplir sa mission sans la générosité des donateurs !

En 2017, le montant collecté avait augmenté d’environ 6% et le nombre de donateurs de 4% par rapport à 2016. Infléchissement favorable d'une tendance préoccupante, mais infléchissement assez modeste au regard de la chute du denier enregistrée en 2016 (-10% sur le montant, -15% sur le nombre de donateurs).Il y a à peine un mois, fin septembre 2018, la collecte était en légère baisse par rapport à fin septembre 2017 et peu parmi les nouveaux donateurs de 2017 (1235) avaient renouvelé leur don cette année.

Comme chaque année, cette période de la Toussaint est le deuxième temps fort d’appel aux dons pour le denier dont l’un des enjeux est de fidéliser les nouveaux donateurs. Cette campagne de relance vise aussi à sensibiliser ceux qui ont rejoint entretemps la communauté des fidèles du diocèse (nouveaux paroissiens…). Elle s’adressera également à quelques donateurs potentiels ou à des personnes qui ne donnent plus depuis plus de deux ans dont quelques-uns seront contactés par téléphone.

A tous les fidèles, pratiquants réguliers ou non, le message à délivrer reste peu ou prou le même en réponse aux questions que soulève immanquablement cette collecte :

- Le denier est héritier de la dîme dont l'origine remonte aux sources les plus anciennes de la vie du peuple de Dieu depuis celle qu'offre Abraham à Melchisédech jusqu'à l'injonction de saint Paul aux Galates : "Que celui qui reçoit l’enseignement de la Parole fasse une part de tous ses biens en faveur de celui qui l’instruit ». Le denier est donc avant tout un appel aux fidèles qui ne peuvent trop légèrement s'y soustraire, même s'ils donnent aux œuvres par ailleurs.

-Le denier est encore aujourd'hui la principale ressource de l'Église même si les autres ressources – qui toutes proviennent de dons[1] – quêtes, offrandes, legs et donations sont devenues indispensables pour équilibrer des budgets bien fragiles.

-Le denier sert prioritairement à assurer un traitement décent aux prêtres et aux laïcs salariés au service de l'Église.

 

Comment donner ?

De préférence par prélèvement automatique,  ce qui allège considérablement les tâches administratives de la collecte et inscrit l'acte du don dans une démarche d'engagement ((ce prélèvement est cependant révocable à tout moment).

-Quelle déduction sur le revenu quand on est imposable? 66% dans la limite de 20% du revenu imposable.

-Combien donner [2]? C’est en conscience que chacun doit apporter sa contribution, aucun montant précis ne pouvant indiquer la vraie valeur d’un don ni la part de superflu ou de nécessaire qu’il comporte. 

-DONNER EN LIGNE ICI.

 

Philippe Long, économe diocésain

 

[1] L'Église ne reçoit de subvention ni de l'État ni du Vatican.

[2] Le don moyen pour notre diocèse, assez stable depuis plusieurs années, est de 152 € en 2017 (220 € pour l'ensemble des diocèses de France en 2015).