Catéchèse : l’impact des nouveaux rythmes scolaires

Catéchèse : l’impact des nouveaux rythmes scolaires

Le passage à la semaine de quatre jours et demi dans les écoles publiques et dans une partie des écoles de l’Enseignement catholique a été l’occasion d’une réflexion en paroisses sur le rythme de la catéchèse.


Odile Brun, responsable catéchèse, Salies-de-Béarn :
« Les nouveaux rythmes scolaires ont entraîné sur la paroisse un remaniement des horaires de catéchisme. Pour ne pas faire un catéchisme “ à 2 vitesses”, nous avons opté pour des rencontres le mercredi après-midi de 13h45 à 15h00 pour tous les élèves du primaire, quelle que soit leur école. Nous avons aussi tenu compte des disponibilités des catéchistes eux-mêmes : peu d’entre nous étaient disponibles le samedi matin. Les élèves de 6ème et 5ème continueront leurs rencontres le samedi matin comme auparavant ».

Abbé Daniel Décha, Oloron-Sainte-Marie :
« Sur la paroisse, les rencontres de catéchèse se déroulent depuis longtemps le mardi soir, non seulement dans les deux écoles catholiques mais aussi à la maison paroissiale. Seul un groupe se retrouvait le mercredi matin.Ce qui veut dire que les nouveaux rythmes scolaires ne devraient pas avoir un impact sur l’organisation de la catéchèse. Par contre, la préparation du Sacrement de l’Eucharistie ne se fera plus le mercredi matin mais le samedi matin. Sont prévues trois matinées et une journée complète à Sarrance. Á l’issue de l’année 2014/2015 nous ferons un bilan et modifierons en conséquence le rythme de nos ren-
contres. Il est sûr que le catéchisme devient de plus en plus une option parmi d’autres pour les parents et les grands-parents. Preuve en est que 50% des enfants cessent toute formation religieuse après la célébration de la première communion. La famille ne jugeant pas utile un approfondissement de la foi. De plus, nous constatons que le choix est laissé aux enfants en ce qui concerne la formation religieuse. En négatif, cette réalité n’aura-t-elle pas des conséquences sur la transmission de la foi au sein des familles, de l’Église et de la société ? En positif, conduira-t-elle à une prise de conscience bénéfique pour redonner vie à ce service d’Église qui reste le lieu pour les enfants de la découverte du Christ et d’une posture évangélique dans une société en perte de repères ».

Marie-Claire Oillataguerre, responsable catéchèse, Hasparren :
« Notre nouvelle organisation s’est fondée sur une réflexion menée sur un an par une équipe de quatre catéchistes, qui ont interrogé d’autres paroisses de France et évalué la catéchèse aujourd’hui dans notre paroisse. Nous avons noté : le désir des parents de se (re)former ; les situations de plus en plus nombreuses de couples séparés ; la diversité des activités autres que le catéchisme ; l’emploi du temps très chargé des familles. En tenant compte de tous ces critères, nous avons décidé d’expérimenter cette année en CE1 une catéchèse familiale le dimanche matin, une fois par mois, à destination des enfants et de leurs parents séparément. L’idée est de donner aux parents des éléments pour qu’ils puissent renouveler les bases de leur foi, et les transmettre à la maison à leurs enfants. Pour les enfants, une révision de ce qu’ils auront fait à la maison se fera sous forme de jeux. Cette année d’essai sera consacrée uniquement à la vie de Jésus, de Marie, et aux temps liturgiques. Un bilan en fin d’année nous permettra d’évaluer si cette nouvelle proposition est bonne, et pourquoi pas la proposer aux autres niveaux ».

Abbé Jean Mimiague, Coarraze :
« Nous faisons la catéchèse avec l’implication des parents, ce sont eux qui s’impliquent dans l’accompagnement des enfants et ils nous faut nous adapter aux horaires de travail pour voir quand il est possible de faire la catéchèse. Cette année 2013/2014 nous avons remarqué que les enfants étaient très fatigués le soir, même le lundi et cela nous poussera à faire la plupart des rencontres le samedi matin sur 2H chaque 15 jours. La catéchèse suppose l’implication des parents, ils devront faire des choix. Ce sera certainement ou la catéchèse ou une autre activité ! »