Le catéchisme « Les Trois Blancheurs » fait peau neuve et reçoit l’imprimatur de Mgr Aillet

Le 29 juin dernier, Mgr Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron a accordé son imprimatur aux deux premiers cycles du parcours catéchétique « Les Trois Blancheurs », une collection co-dirigée par deux prêtres de la Fraternité Saint-Pierre. Elle sort en librairie le 25 août prochain dans une version entièrement modernisée.

Source: Famille Chrétienne du 21 août 2014, Élisabeth Caillemer

C’est un précieux label. À l’occasion de sa refonte, le parcours catéchétique « Les Trois Blancheurs » (1) a reçu par décret, le 29 juin dernier, l’imprimatur de l’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, Mgr Marc Aillet.

Délivré par l’évêque, l’imprimatur est un certificat attestant la conformité d’une publication à l’enseignement de l’Église catholique. Elle est obligatoire pour l’édition de tout catéchisme ou tout écrit touchant à l’enseignement catéchétique (can. 827 du Code de droit canonique). En l’absence de ce label, les ouvrages catéchétiques publiés ne peuvent avoir recours à l’appellation officielle de « catéchisme », ce qui peut dissuader les parents ou les catéchistes d’y avoir recours.

Une collection réputée pour sa solidité

De pédagogie classique, chaque leçon comporte des questions à mémoriser par cœur. Réputée pour la solidité de son contenu, la collection « Les Trois Blancheurs » est codirigée par deux prêtres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, les abbés Jacques Olivier et Alexis Garnier. Conçue à l’origine, en 1997, comme un « complément à la formation catéchétique » par correspondance, elle a très rapidement séduit de nombreuses familles.

Désormais déclinée en albums richement illustrés et colorés (2), assortis de cahiers d’exercices attrayants, elle s’adresse aux enfants du CP à la Terminale et se divise en 4 cycles. À ce jour, seuls les deux premiers cycles (du CP à la 6e) ont été réactualisés et, à cette occasion, labélisés par l’imprimatur de Mgr Aillet. Ses auteurs travaillent désormais à la refonte des deux derniers cycles à destination des collégiens et lycéens.

Mgr Marc Aillet : « La transmission de la foi est la vocation première de toute catéchèse »

Pour quelles raisons avez-vous donné votre imprimatur à ces six volumes des « Trois blancheurs » ?

Dans mon diocèse, de nombreuses familles utilisent « Les Trois blancheurs » pour transmettre la foi à leurs enfants. J’ai jugé nécessaire qu’elles aient la certitude que ces documents étaient conformes à la foi et à la morale catholiques, ce qu’atteste l’imprimatur. À la demande de l’un de ses auteurs, qui exerce son ministère de prêtre dans mon diocèse, j’ai pris connaissance du contenu de ce parcours catéchétique avant de le transmettre pour avis à la Commission épiscopale de la catéchèse et du catéchuménat (CECC). J’ai ensuite transmis aux auteurs de cette collection le rapport d'expertise remis à la CECC par le Service national catéchèse et catéchuménat pour correction. Après avoir vérifié que les modifications demandées avaient bien été prises en compte, j’ai pris la décision d’accorder mon imprimatur à ces ouvrages.

Qu’est-ce qu’un bon catéchisme ?

C’est un catéchisme qui permet à chacun de rencontrer le Christ tel qu’il s’est manifesté et tel qu’il a été transmis par l’Église avec autorité à travers son magistère. Un bon catéchisme doit s’appuyer sur les quatre grands piliers de la catéchèse rappelés par le Catéchisme de l’Église catholique, à savoir :la profession de la foi, les sacrements, la vie de la foi, résumée dans les dix commandements, et la prière du croyant, c’est-à-dire le Notre Père. La catéchèse doit reposer à la fois sur l’acquisition d’un savoir, l’apprentissage de la prière et la découverte que la foi se vit, qu’elle implique un comportement chrétien.

Quel regard portez-vous sur les parcours catéchétiques actuellement utilisés dans les diocèses français ?

Il y a eu un recadrage. La plupart des documents publiés avec imprimatur s’appuient enfin sur le Catéchisme de l’Église catholique. Mais je regrette que l’on insiste encore trop souvent sur la pédagogie au détriment du contenu, même s’il faut reconnaître que beaucoup de progrès ont été faits de ce point de vue-là. Je ne suis pas sûr que la méthode des modules soit la mieux adaptée pour une croissance dans la foi parce qu’elle ne respecte pas le processus d’acquisition des savoirs et peut parfois induire de la confusion dans l’esprit des enfants. Nous sommes, certes, dans un contexte actuel d’évangélisation où les enfants inscrits au catéchisme n’ont pas appris la première annonce et les premiers gestes de la foi, mais cela ne doit pas être un prétexte pour occulter le contenu de la foi dont la transmission est la vocation première de toute catéchèse.

Les 10 et 11 octobre prochains se tiendra le rassemblement annuel des catéchistes du diocèse de Bayonne. Le thème de ces journées portera sur le rôle du catéchiste dans l’éveil et l’accompagnement des vocations religieuses. L’année dernière, plus de 400 personnes ont participé à ce grand rassemblement encouragé par l’évêque de Bayonne Mgr Aillet.

Élisabeth Caillemer

(1) Les trois blancheurs : l'Eucharistie, la Sainte Vierge et le pape.

(2) 17 € euros l’album et 3 € le cahier d’exercice