Le 23 juin 2017, en présence d'une délégation des Servantes de Marie, la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne et la Ville d'Anglet ont présenté la publication des Actes du colloque "Société, religion et charité au XIXe siècle" qui s'est déroulé du 15 au 17 octobre 2015 lors de l'année Cestac à Notre-Dame du Refuge à Anglet.

 

Après le mot de bienvenue de Claude Olive, maire d'Anglet, Josette Pontet, présidente de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, a présenté cet ouvrage de près de 350 pages qui reprend les interventions d'une vingtaine d'auteurs dont certains ont pris la parole pour résumer leur contribution, comme par exemple Soeur Louisette Saba, vice-postulatrice de la cause du Père Cestac ou encore M. l'abbé Philippe Fabas, prêtre de notre diocèse et docteur en Histoire de l'Université de Bordeaux III.

A la fin de la présentation, Josette Pontet a été très surprise de recevoir des mains du premier magistrat de la ville où a fleuri l'oeuvre du bienheureux Louis-Edouard Cestac, la médaille d'or de la ville d'Anglet pour la remercier de tout le travail accompli pour l'organisation de ce colloque et pour la publication de ses actes.

L'ouvrage est disponible au prix de 24 euros auprès de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne - Tour Fouquet 16, rue des Prébendés 1er étage 64100 BAYONNE. Tel. 05 59 59 81 20.

 

SSLA_Annee_Cestac.jpg - 259.26 kB

 

 

Tandis que le Salon de l'agriculture bat son plein à Paris, le Conseil permanent de la Conférence des Evêques de France a rendu publique, le 23 février 2017, une importante déclaration sur la crise que traverse le monde agricole dans notre pays...

sec cath 2016

Le Secours Catholique-Caritas France sort, en ce jeudi 17 novembre, son rapport statistique annuel sur la pauvreté en France (Secours_Catholique_rapport_2016.pdf, à partir des statistiques d'accueil 2015 dans ses lieux et activités en France.

Homélie de Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, aux funérailles du P. Jacques Hamel, le 2 août 2016, en la cathédrale de Rouen. Agé de 86 ans, le prêtre fut assassiné le 26 juillet alors qu’il célébrait l’eucharistie à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Communiqué de Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, suite à la tuerie survenue mardi 26 juillet 2016, en l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Dans un communiqué, Mgr Aillet réagit au drame familial qui s'est déroulé hier, mardi 21 juin 2016, à Anglet. Il y exprime sa compassion à l'égard des victimes et appelle, à la suite du Père, à ressentir le besoin viscéral d’être au cœur du monde, dans nos familles et nos cités, la voix de l’Amour.

La France va vivre une année électorale importante avec l’élection présidentielle et les élections législatives. À la veille de ce qui doit être un authentique débat démocratique, nous souhaitons appeler nos concitoyens à tenir compte de certains enjeux qui nous paraissent engager notre avenir de façon déterminante. Nous le faisons à la lumière de nos convictions enracinées dans la tradition chrétienne et des textes publiés par le Pape François au cours des années écoulées.

Dans un communiqué du mercredi 8 juin 2016 , le cardinal Jean-Pierre Ricard, président du conseil épiscopal pour l'enseignement catholique dénonce la réforme par laquelle le gouvernement entend limiter le principe essentiel de la liberté de l'enseignement.

Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, révèle une affaire de pédophilie datant des années 90 mettant en cause un prêtre du diocèse de Bayonne contre lequel il a pris plusieurs mesures de sanctions. Pour faire acte de transparence, à l'heure où l'Eglise de France prend des mesures fortes pour lutter contre la pédophilie, une conférence de presse était organisée le jeudi 28 avril 2016 par Mgr Aillet accompagné du directeur diocésain de l'enseignement catholique et du curé de la paroisse St Pierre de Nive-Adour.

Dans une lettre du mercredi 27 avril 2016 adressée aux diocésains, Monseigneur Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, prend la parole au sujet d'une affaire mettant en cause un prêtre du diocèse, l'abbé Jean-François Sarramagnan. Cette lettre est disponible au téléchargement en bas de page.

Page 1 sur 5