Conférences: Deux figures de la résistance spirituelle dans les Basses Pyrénées : Mgr Edmond Vansteenberghe et le chanoine Jean-Marie Rocq

De 09 Octobre 2014 17:30 jusqu'à 09 Octobre 2014 19:30

À Auditorium de la médiathèque André Labarrère - Pau Médiathèque Intercommunale André Labarrère, Place Marguerite Laborde, 64000 Pau, France

scien.lettres.arts@wanadoo.fr

Catégories: Mouvements et Associations

Mots clés: Béarn

La Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn
vous invite à la conférence publique qui sera donnée par Ricardo Saez, Professeur émérite des Universités
Deux figures de la résistance spirituelle dans les Basses Pyrénées : Mgr Edmond Vansteenberghe et le chanoine Jean-Marie Rocq
le jeudi 9 octobre 2014 à 17 h 30, auditorium de la médiathèque André-Labarrère à Pau, Entrée libre et gratuite
 
Le professeur Saez, se fondant sur une documentation inexploitée, mettra en lumière deux figures de la résistance méconnues dans les années sombres de Vichy : Mgr Edmond Vansteenberghe, un flamand nommé en 1939 évêque de Bayonne, et le chanoine Jean Marie Rocq, un Béarnais natif d’Argagnon, archiprêtre de l’église Saint-Martin de Pau. Leurs prises de position courageuses font suite à la mise en œuvre d’un antisémitisme d’Etat, marqué par les rafles des  26-28 août dans la zone non occupée.
 
Au début de septembre 42, Pierre Laval déplore, devant les délégués régionaux de l’information, les critiques des évêques à l’encontre de la politique raciale de son gouvernement. Le 4 septembre, le ministre de l’Information fait parvenir aux directeurs de journaux une « note d’orientation » leur indiquant le sens dans lequel il convenait de parler du problème juif. Dans le sud-ouest,  un texte  violemment antisémite est proposé à la presse ; la Dépêche du Midi et La Croix refusent de le reproduire, mais le rédacteur en chef du Patriote des Pyrénées le diffuse le 5 septembre. Un tel texte, qui s’inscrit ouvertement contre la doctrine et les directives de l’Église, déclenche une vive réaction de la part du chanoine Rocq, en soutien duquel se trouve un groupe de prêtres palois résistants.
La seconde passe d’armes est l’œuvre de l’évêque de Bayonne. Elle témoigne, à ce jour, de la seule protestation publique élevée, le 20 septembre 1942, par un prélat de la zone occupée. L’article de Mgr Vansteenberghe ayant pour titre « Fraternité » fut non seulement censuré par la Feldkommandantur de Biarritz mais entraîna de surcroît la suspension du Bulletin diocésain qui ne reverra le jour qu’à la Libération. Une telle riposte n’empêcha nullement Mgr Vansteenberghe de s’affirmer, du haut de la chaire de sa cathédrale, au mois de mars 1943, comme un farouche opposant au S.T.O (Service du travail obligatoire). Le prélat se montra insensible aux manœuvres d’intimidation du préfet qui s’ensuivirent. Sa mort, le 10  décembre 1943, lui évitera très certainement d’être déporté à Dachau.

2014-10-09 17:30:00
2014-10-09 19:30:00