Hommage à l'abbé Larrouy

Hommage à l'abbé Larrouy

L'abbé Roger Larrouy est décédé le 15 juin 2016 à Pau.

 

Hommage de Frère Pierre Moulia :

Roger que m'ey toustem gordat  lou tou counselh qui'm balhès lou die de la mée purmère misse "Pierre si bos esta urous que'm bas escouta a you : Que las te biréras coum pouchques meylèü que de ha amad'ayse ! A couprene plaa, dab l'Ayude deu Segnou!

Roger quin beroy messadye en's dèches enta segui chens tu ço qui hesem dab tu. La toue cadeyre que sera boueyte  a Arbus ou a Mounenh en aquéres juntes qui 's  hèn tan de bé Mes que sabém que seras dab nousauts
Qu'ères toustem esbagat enta't decha coussira  enta ana dab lous amics
Oey, que t'es dechat coussira  ta ana ta la taule deu Cèu!
 Qu'es estat aulhè dab lou Bou Aulhè!  E, d'adare enlà ,qu'ou prègues enta que siyam nousauts tabé de bous aulhès  e de bounes aulhes qui sabien plaa escouta lou Meste enta poudé crédé ço quin's dis de ha.
Nousauts tabé qué boulém prega Diu dab tu.Qué sabém que't ba arcoélhe en la soue Luts .

Qué sabém tabé que's ba acoumpagna en lou nouste cami.

Adiu Roger. O A DIU  sies!


 Hommage d'Alexis Arette, traduit par Jean Lopez

 

Aurost enta Yantin dou Chapelot…

Qu’ères l’òmi de Diu, qu’ères l’òmi de case

Permou, si û moumén aci ns’èm acasits,

Que-n cau parti, en nou decha que drin de brase,

Permou que recebém d’enla, d’àutẹs embits…

Més qu’éy aci qui preparam lou gran passàdyẹ

Qu’éy aci, despuch lou barçau, qui debieném

E Diu que debarè ta pourta lou messàdyẹ,

Qu’aci nou pè-remam soùnquẹ per û moumén..

Més que cau pè-rema e ha boune figure

Ta balha drin d’espèr à touts lous qui n’an pas !

Ha gauyou ! E quoan lou malandrè s’esdebure,

Per dessus lou helè, sabé pourta lou pas !

Û sént, qu’at an toustém dit atau, que s’éy trìstẹ,

Qu’éy sounqu’û trìstẹ sént qui n’a pas l’èr saubat !

E l’òmi qu’éy saubat per tâ chic qui persìstẹ

À nou pas espudi lou séns dou soû coumbat !

Tu Yantin, que cerquès, héns ûe fé pregoune

À semia alentour de tu, drin de gauyou !

Permou, se-ns an saubats, l’existénci qu’éy boune

Puchàquẹ d’abança que-nse da l’aucasioû !

Tu que sabès lous mouts qui dan drin de bergougne

Quoan éy dou hagardè, l’òmi qui hè cabau !

Trufa-s de si-medich quoan aquéth mau ns’entougne,

Qu’éy libera-s enta esta « lou de qui cau ! »

Tu qu’abès recebut, de la Paraule grane

Lous mouts qui-s sàbin ha, adès-cops auseroûs !

Que cau arrìdẹ-se-n dou peguè qui-ns engane :

L’òmi, qu’éy sounqu’atau qui pot trouba-s urous…

 

Hommage à Yantin dou Chapelot…

Tu fus l’homme de Dieu, l’homme de cette terre

Qui pendant un moment nous sert d’habitation,

Qu’il nous faudra quitter pour devenir poussière,

Puisqu’on reçoit d’en haut, une autre invitation…

Mais la préparation ici du grand passage

Se fait dès le berceau de notre avènement

Car Dieu est descendu nous porter le message

Que nous restons ici seulement un moment

Il faut donc résister, faire bonne figure

Pour donner de l’espoir à ceux qui n’en ont pas !

Garder la joie aussi, et quand le mal perdure,

Supporter la douleur, tenir ferme le pas !

On dit toujours qu’un saint qui a la mine triste,

Paraît un triste saint qui n’a pas l’air sauvé !

Or tout homme est sauvé, pour si peu qu’il persiste

À ne pas renoncer au combat engagé !

Toi, Jean, tu as cherché dans une foi profonde

À semer alentour un petit peu d’entrain !

Puisque l’on est sauvés, l’existence est féconde

Parce qu’en avançant, on parcourt le chemin !

Tu connaissais les mots qui savent faire esbroufe

À l’homme vaniteux étalant son défaut !

En se moquant de soi, quand ce mal nous étouffe,

On s’en libérera pour « être comme il faut ! »

Toi, tu avais reçu le don de la parole

Des mots qui ont parfois des accents d’amitié !

On en rit quand le sens porte une idée frivole :

Mais l’homme peut ainsi ressentir la gaîté…

 

Qu’agradabes lous mouts qui plàsin e counsolen

Que te-n sabès serbi enta-nse regaudi,

Que y a mouts, tout en nse susprénẹ, qui-ns assolen,

Que parle la Nature a qui la sap audi !...

Tu, que rendès plaséns lous bruts de la Nature

Que-us sabès escarni enta-us réndẹ bitècs !

Dou toû debis b’ère plasénte la garbure !

En t’escoutan ne nse sentìbem pas tant pècs !

Qu’as hicat en passan méy de bounur sus tèrre !

Oun soun lous capulats qui-n pòdin dìsẹ autan ?

Adare qu’ès partit ta la grane lugrère,

E nousauts, que bam acamina-ns en esperan...

Qu’éy dap l’esprit qui-ns as balhat assegurance

Ta-nse ha camina dap l’arrìdẹ s’ous pots,

E quoan l’Esprit dap l’amistat mien la danse,

Qu’éy dap drin méy d’amou qui nse sentim debots…

L’òmi qui se-n arrit dap l’Esprit qui gourguéye,

Qu’éy coum acibadat enta tourna parti,

Nou y a que tume-hus enta cerca peléye !

Més l’òmi s’éy gauyous, nou-s pot pas amourti

Qu’abès toustém la porte oubèrte au presbitèri

Enta poùdẹ endousta lou qui-n abè besougn,

Dusquoàntẹs, de-t pana qu’aboun lhèu lou tentèri,

Més la porte de la caritat n’a pas nat gougn !

D’esta méy que nou n’èm qu’abém touts l’ahidance,

Que cau que-ns ayudém enta poùdẹ praba !

Més pucha près de Diu qu’as gahat drin d’abance,

Demande au qui pot tout de nse boùlẹ acaba !

 

Tu préférais les mots qui plaisent et consolent

Tu savais les placer voire les contourner,

Certains sont surprenants mais ils nous réconfortent,

La nature s’adresse à qui sait l’écouter !...

Tu savais simuler les bruits de la nature

Que tu reproduisais pour les rendre vivants !

De ton imitation de plaisante facture

Tous ceux qui t’écoutaient devenaient souriants !

Tu as mis en passant plus de bonheur sur terre !

Où sont les haut-placés pouvant en dire autant ?

Te voilà maintenant en céleste lumière,

Nous autres l’espérons en nous acheminant…

En faisant de l’esprit tu nous donnais confiance

Pour que nous avancions à visage riant

Quand esprit, amitié savent mener la danse,

C’est avec plus d’amour que l’on se sent croyant…

Un homme qui amuse et dont l’esprit pétille,

Est comme stimulé, est prêt à repartir,

Il n’y a qu’un grincheux pour lui chercher bisbille !

Mais si l’homme est joyeux, il ne peut s’alanguir.

Ta porte fut toujours ouverte au presbytère

Afin d’y abriter un quémandeur de soin,

Pour certains, te voler fut tentation amère !

Porte de charité, verrou n’a nul besoin !

Si de monter plus haut on a tous l’attirance,

Il se faut entraider pour pouvoir s’élever !

Mais puisque près de Dieu, tu as pris de l’avance,

Demande au Tout Puissant de vouloir nous aider !