La foi d'un pécheur du XIVème s. Gaston Phoebus, comte de Foix

La foi d'un pécheur du XIVème s. Gaston Phoebus, comte de Foix

A l'occasion de la Saint Gaston, évêque d'Arras (✝ 540), penchons nous sur la foi d'une figure de notre patrimoine culturelle: Gaston Fébus (ou Phoebus), comte de Foix Béarn. Au cours de l'été 1380, alors que Gaston Fébus rend visite à son fils enfermé dans la tour d’Orthez, il perd son sang froid et lui porte un coup de canif mortel à la gorge, faisant ainsi disparaître son seul héritier direct. À la suite de cet acte, Fébus se réfugie au château de Pau où il entreprend l'écriture du "Livre des Oraisons", un recueil de prières rédigées pour la plupart en français, et dans lesquelles il demande pardon à Dieu pour la mort de son fils. Extrait.

 

"Toi qui m'as formé dans le ventre de ma mère, ne me laisse pas choir...Sire, je te confesse ma pauvreté...ma conscience me mord et m'expose les secrets de mon coeur. Avarice me contraint, luxure me souille, gloutonnerie me déshonore, colère me trouble, inconstance m'abat, paresse m'opprime, hypocrisie me leurre...et voilà, Sire, avec quels compagnons j'ai vécu ma jeunesse, ce sont là les amis que j'ai eus, ce sont là les seigneurs que j'ai servis...
Péchés sur péchés toujours j'ai amassés, et les péchés que, de fait, je ne pouvais commettre, par mauvaise cogitation je les faisais...


Mon Dieu et ma miséricorde, je suis confus de te prier par vergogne de ma mauvaise conscience...donne à mes yeux fontaine de larmes et à mes mains largesse d'aumônes...donne moi foi convéniente, espérance et continuelle charité. Sire tu n'as horreur d'aucun sinon du fou qui te nies...ô mon Dieu ! don de mon salut et mon receveur, j'ai péché et tu l'as souffert !"