Sacrements

godong_fr346078c-2.jpg

Le sacrement de l’ordre (ou ordination)

1. Quelle est la nature du sacrement de l’ordre ?

Le sacrement de l’ordre est un des sept sacrements. Pour comprendre le sacrement de l’ordre, il faut le situer par rapport au sacrement de baptême. Grâce au Baptême, tous les baptisés participent au Sacerdoce du Christ. Cette participation s’appelle "sacerdoce commun des fidèles". En effet, comme le dit saint Pierre, toute l’Église est un peuple de prêtres, un peuple sacerdotal.(1 Pierre 2, 5.9). Ceux qui reçoivent le Sacrement de l’Ordre sont consacrés pour servir au nom et en la personne du Christ-Tête au milieu de la communauté. Le sacerdoce ministériel diffère du sacerdoce commun des fidèles, parce qu’il confère un pouvoir sacré au milieu de la communauté.

Nom du sacrement de l’ordre - Les théologiens appellent ce sacrement " sacrement de l’ordre ". On peut dire aussi " sacrement de l’ordination " expression qui est plus claire pour les non initiés. Le mot Ordre, dans l’antiquité romaine, désignait des corps constitués au sens civil, surtout le corps de ceux qui gouvernent. Ordination désigne l’intégration dans un ordre, l’ordre des évêques, l’ordre des prêtres, l’ordre des diacres, qui va au delà d’une simple élection, désignation, délégation ou institution par la communauté, car elle confère un don du Saint-Esprit permettant d’exercer un " pouvoir sacré " qui ne peut venir que du Christ lui-même, par son Église.

Les degrés du sacrement de l’ordre - Le sacrement de l’ordre comporte trois degrés : le diaconat, le presbytérat et l’épiscopat qui concernent l’ordination des diacres, des prêtres et des évêques. Les prêtres sont institués pour être collaborateurs des évêques, associés à eux dans la fonction sacerdotale au service du peuple de Dieu. Les diacres sont institués pour aider l’évêque et ses prêtres, avec charité et simplicité de cœur. Il y a l’ordination diaconale, presbytérale et épiscopale.

2. Quel est la nature du "presbytérat" (ce qui constitue le prêtre) ?

La compréhension du presbytérat a progressé avec le concile Vatican II. Le concile de Trente qui devait combattre les erreurs protestantes, parle du sacerdoce comme pouvoir de consacrer, d’offrir et d’administrer le Corps et le Sang de Jésus, ainsi que de remettre et de retenir les péchés.

Le concile Vatican II reprend cet enseignement. Il situe le presbytérat par rapport à l’épiscopat : le presbytérat est une participation à l’ordre épiscopal et à sa mission d’enseigner, de sanctifier et de gouverner. Le prêtre a aussi pour mission d’annoncer la Parole de Dieu et de faire paître le peuple de Dieu. Cette conception a beaucoup de conséquences sur la manière d’exercer le ministère presbytéral.

3. Enseignement doctrinal sur le sacrement de l’ordre

4. Documents sur le sacrement de l’ordre, de l’ordination

 

Ordination des diacres

1. Sacrement donné par l’ordination des diacres

Sacrement du diaconat donné par l’ordination des diacres - Les diacres reçoivent une ordination qui donne le sacrement du diaconat comme l’ordination des prêtres donne le sacrement du presbytérat et l’ordination des évêques donne le sacrement de l’épiscopat. L’ordination des diacres ressemble à celle des prêtres. L’ordination des diacres est un sacrement. Il y a trois degrés du sacrement de l’Ordre : évêque, prêtre et diacre. Le diacre comme le prêtre est incardiné à un diocèse et dépend d’un évêque.

2. Rituel d’ordination des diacres

Rituel d’ordination des diacres - L’évêque appelle les candidats au diaconat. Engagement au célibat. Liturgie de la Parole. Engagement des ordinands. Les ordinands s’allongent sur le sol alors que l’assemblée chante la litanie des saints. L’imposition des mains et la prière d’ordination. Remise de l’étole des diacres. Remise de l’évangéliaire et baiser fraternel. Liturgie eucharistique. Rite de conclusion.

 

Les fiches b.a.-ba téléchargeables ci-dessous ont été créées par familechretienne.fr

 

Contacter la Pastorale Familiale du diocèse :
Guillaume d'Alançon
ga@diocese64.org

La conception chrétienne du mariage

1. Nous vivons ensemble, pourquoi se marier à l’église? Que peut nous apporter le mariage ?

Quoiqu’ils soient peu nombreux, il existe des couples qui ont l’intention de se marier, mais qui n’ont pas commencé la vie commune avant le mariage. Cependant beaucoup de couples ne se marient pas pour différentes raisons : parce qu’ils ont peur de s’engager pour la vie, parce qu’’ils ne voient pas l’utilité d’une cérémonie de mariage ou bien pour des raisons pratiques, par exemple parce qu’ils n’ont pas assez d’argent pour organiser une fête. Néanmoins, ils se posent le plus souvent les questions Pourquoi se marier ? Pourquoi se marier à l’Église ?

Le mariage fortifie le lien d’amour existant par un engagement devant les autres et il témoigne de l’intention de surmonter les difficultés qui se présenteront. Il exprime la volonté de fonder une famille, couronnement du couple et le désir de construire quelque chose à deux. Il est souvent l’occasion, pour les époux, d’un renouvellement personnel et d’un enrichissement de leur relation avec l’entourage. Même pour des couples qui vivent ensemble depuis longtemps peuvent se demander pourquoi se marier à l’Église, car le mariage peut apporter beaucoup.

En France, 90 000 mariages civils chaque année (sur 288 000) sont suivis d’une célébration à l’Église.

Les cinq piliers du mariage chrétien

L’Église se réjouit du projet de ceux qui veulent s’aimer pour toute la vie. Elle est là pour les y aider.
Fonder une famille est une noble tâche. Mais loin d’être impossible si les fondations de la maison reposent sur les 5 piliers suivants :

  • L’unité d’un homme et d’une femme
  • La liberté du consentement
  • La fidélité de l’engagement
  • L’indissolubilité du lien
  • La fécondité de l’amour.

Cet amour n’est possible que dans le respect de la liberté de chacun, l’accueil et l’écoute de l’autre. Il est communion de deux personnes : le projet est bien de former une communauté de vie et non une fusion passionnelle. Se préparer au mariage, c’est prendre le temps de découvrir l’autre, avec ses désirs propres, son mode de fonctionnement, sa psychologie. C’est accueillir son histoire, sa famille et son éducation. C’est apprendre à l’écouter, à communiquer avec lui, à le respecter.

Cet amour se conjugue avec la fidélité de l’engagement. Promesse que les mariés se font le jour de leur mariage ! Être fidèle, c’est cultiver un amour exclusif mais ouvert, qui a la priorité sur toutes les autres réalités de notre vie : amis, travail, passions, etc.

Cet amour se réalise par le don de sa vie. Un don total, sans réserve, définitif, sans condition et exclusif.

Le lien est indissoluble. La relation sexuelle traduit dans l’union des corps ce qui se dit dans la promesse qui unit les cœurs : « Je te reçois et je me donne à toi, pour t’aimer fidèlement ». L’Église la considère comme un acte sacré, parce qu’elle consacre l’amour humain.

Cet amour invite les époux à s’aimer et à s’ouvrir à l’accueil de la vie de façon responsable, avec générosité. L’amour se déploie en donnant la vie et la vie trouve son épanouissement dans l’amour. Aimer et donner la vie, une seule et même vocation ! C’est d’ailleurs un test pour vérifier si l’on est prêt à se marier : désirons-nous avoir des enfants ensemble et les éduquer ?

2. Que penser de la vie en couple sans être mariés ? des relations sexuelles avant le mariage ?

La vie en couple sans être engagés par le mariage n’exprime pas la totalité de l’amour. En effet, le lien physique de l’amour n’est pas seulement un plaisir partagé, mais l’expression d’un lien plus profond : l’engagement mutuel. L’engagement n’est pas une perte de liberté, mais un lieu ou la liberté peut grandir par le désir d’aimer vraiment ; c’est la voie la plus profonde de l’amour.

3. Quelle est la signification chrétienne du mariage ?

Le mariage des baptisés a une signification symbolique. Pourquoi se marier à l’Église ? Le mariage est le symbole de l’amour et de l’alliance du Christ et de l’Église. Le mari symbolise le Christ et l’épouse symbolise l’Église. L’union des époux est l’expression de l’union et de l’amour du Christ et de l’Église.(Eph 5,23-32).

L’union des époux en est aussi le fruit. Le sacrement de mariage ne s’arrête pas à la célébration, mais il se prolonge dans tout ce qui fait l’union du couple. C’est à travers le don réciproque que la grâce du Christ est donné aux époux. Le sacrement est source de grâce.

 

 

 

 

 

 

Les fiches b.a.-ba téléchargeables ci-dessous ont été créées par familechretienne.fr 

ONCTIONb.jpg

L'ONCTION DES MALADES

Appelé autrefois l´extrême-onction ou sacrement des mourants, l’onction des malades est, depuis Vatican II, comprise comme étant un sacrement de vie.

C'est le sacrement de la présence du Seigneur à nos côtés dans les moments d’épreuve que sont la maladie ou la vieillesse. La célébration de ce sacrement consiste en l’onction d’huile bénite sur le front et en l’imposition des mains. Consacrée par l’évêque lors de la messe chrismale annuelle, l’huile dite des malades apporte force et douceur. Elle pénètre la peau, répand sa bonne odeur, fortifie le corps.

Can. 1004 - § 1. L’onction des malades peut être administrée au fidèle qui, parvenu à l’usage de la raison, commence à se trouver en danger pour cause de maladie ou de vieillesse.

Le sacrement des malades dans le catéchisme de l'Eglise catholique

La maladie dans la vie humaine: La maladie et la souffrance ont toujours été parmi les problèmes les plus graves qui éprouvent la vie humaine. Dans la maladie, l'homme fait l'expérience de son impuissance, de ses limites et de sa finitude. Toute maladie peut nous faire entrevoir la mort. La maladie peut conduire à l'angoisse, au repliement sur soi, parfois même au désespoir et à la révolte contre Dieu.
Elle peut aussi rendre la personne plus mûre, l'aider à discerner dans sa vie ce qui n'est pas essentiel pour se tourner vers ce qui l'est.
Très souvent, la maladie provoque une recherche de Dieu, un retour à Lui.

Le Christ - médecin:
La compassion du Christ envers les malades et ses nombreuses guérisons d'infirmes de toute sorte (cf. Mt 4, 24) sont un signe éclatant de ce " que Dieu a visité son peuple " (Lc 7, 16) et que le Royaume de Dieu est tout proche. Jésus n'a pas seulement pouvoir de guérir, mais aussi de pardonner les péchés (cf. Mc 2, 5-12) : il est venu guérir l'homme tout entier, âme et corps ; il est le médecin dont les malades ont besoin (cf. Mc 2, 17). Sa compassion envers tous ceux qui souffrent va si loin qu'il s'identifie avec eux : " J'ai été malade et vous m'avez visité " (Mt 25, 36). Son amour de prédilection pour les infirmes n'a cessé, tout au long des siècles, d'éveiller l'attention toute particulière des chrétiens envers tous ceux qui souffrent dans leur corps et dans leur âme. Elle est à l'origine des efforts inlassables pour les soulager.
(Source : Catéchisme de l'Eglise Catholique sur le Site du Vatican)

Qu'est-ce que le Sacrement de l'Onction des malades ?

Le sacrement de l'onction des malades n'est pas un sacrement réservé aux derniers moments comme le laissait entendre les expressions "extrême onction" et "derniers sacrements". La pratique ancienne réservait en effet ce sacrement aux grands malades à l'article de la mort. Il s'adresse aux fidèles dont la santé commence à être dangereusement atteinte par la maladie ou la vieillesse, aux malades au moment où la maladie devient une épreuve difficile à supporter, à ceux qui vont subir une opération sérieuse et aux personnes âgées dont les forces déclinent beaucoup. L'onction des malades ne remplace en aucun cas les soins médicaux.

Comment reçoit-on le sacrement des malades ?

Seuls les prêtres peuvent donner le sacrement des malades Pour le faire ils emploient de l'huile bénite par l'évêque ou, en cas de besoin, par le prêtre lui-même. Avec cette huile, il marque le front et les mains du malade en priant Dieu pour lui.

Qu'apporte le sacrement des malades ?

Les fruits du sacrement de l'Onction des malades sont:

  • L'union du malade à la souffrance de Jésus au moment de sa Passion.
  • Le réconfort, la paix et le courage pour supporter chrétiennement les souffrances de la maladie ou de la vieillesse.
  • Le pardon des péchés si la confession n'a pas pu être possible.
  • Le rétablissement de la santé, dans certains cas.

 

 

 
 
Les fiches b.a.-ba téléchargeables ci-dessous ont été créées par familechretienne.fr 

 

Capture_-_réconciliation.PNGLA RECONCILIATION :

" Le Seigneur Jésus-Christ est le médecin de nos âmes et de nos corps. II a pardonné ses péchés au paralytique et il lui a rendu la santé du corps (Marc 2, 1-12). Il a voulu que son Église continue son œuvre de guérison et de salut, par la force de l'Esprit Saint.

C'est le but des deux sacrements de la guérison : le sacrement de la Pénitence et de la Réconciliation et le sacrement de l'Onction des malades.

Le don du retour vers Dieu

Le pardon des péchés commis après le Baptême est accordé par le sacrement dit de la conversion, de la confession, de la Pénitence ou de la Réconciliation.
Revenir à la communion avec Dieu par la conversion est un mouvement suscité par la grâce de Dieu plein de miséricorde et désireux de sauver tous les hommes.
Nous devons demander cette grâce pour nous-mêmes comme pour les autres.

La pénitence et la réconciliation dans le catéchisme de l'Eglise catholique

Ceux qui s'approchent du sacrement de Pénitence y reçoivent de la miséricorde de Dieu le pardon de l'offense qu'ils lui ont faite et du même coup sont réconciliés avec l'Église que leur péché a blessée et qui, par la charité, l'exemple, les prières, travaille à leur conversion " (LG 11).

Comment est appelé ce sacrement ?

Il est appelé sacrement de conversion puisqu'il réalise sacramentellement l'appel de Jésus à la conversion (cf. Mc 1, 15), la démarche de revenir au Père (cf. Lc 15, 18) dont on s'est éloigné par le péché.
Il est appelé sacrement de Pénitence puisqu'il consacre une démarche personnelle et ecclésiale de conversion, de repentir et de satisfaction du chrétien pécheur.
Il est appelé sacrement de la confession puisque l'aveu, la confession des péchés devant le prêtre est un élément essentiel de ce sacrement. Dans un sens profond ce sacrement est aussi une " confession ", reconnaissance et louange de la sainteté de Dieu et de sa miséricorde envers l'homme pécheur.
Il est appelé sacrement du pardon puisque par l'absolution sacramentelle du prêtre, Dieu accorde au pénitent " le pardon et la paix " (OP formule de l'absolution).
Il est appelé sacrement de Réconciliation car il donne au pécheur l'amour de Dieu qui réconcilie : " Laissez-vous réconcilier avec Dieu " (2 Co 5, 20). Celui qui vit de l'amour miséricordieux de Dieu est prêt à répondre à l'appel du Seigneur : " Va d'abord te réconcilier avec ton frère " (Mt 5, 24).
(Source : Catéchisme de l’Eglise catholique – Site du Vatican)

Qu'est-ce que l'absolution ?

La confession individuelle et complète des péchés graves suivie du pardon sacramentel appelé l'absolution est le moyen habituel pour la réconciliation avec Dieu et avec l'Église.
Seuls les prêtres de par leur ordination et par l'autorité de l'Église, reçoivent la faculté de pardonner les péchés au nom du Christ.
La conversion implique de se repentir, de regretter les péchés que l'on a commis et de s'engager par une ferme résolution, et avec le secours de la Grâce, à réparer le mal que l'on a fait et à ne plus pécher à l'avenir.
Le repentir, appelé aussi contrition, doit être inspiré par la foi.

Comment reçoit-on le sacrement de Pénitence et de Réconciliation ?

Celui qui veut obtenir la réconciliation avec Dieu et avec l'Église doit dire au prêtre tous les péchés graves qu'il n'a pas encore confessés et dont il se souvient, après avoir examiné soigneusement sa conscience.
Il est aussi recommandé de confesser ses péchés moins graves : péchés véniels.
Le confesseur propose une pénitence pour réparer les dommages causés par les péchés et rétablir une manière de vivre propre aux disciples du Christ.

Qu'apporte le sacrement de la Pénitence ?

Le sacrement de la Pénitence nous réconcilie avec Dieu et nous fait rentrer dans la pleine communion avec Lui.
Il nous réconcilie aussi avec l'Église et avec nos frères.
Il nous donne la paix et la sérénité et fait grandir nos forces spirituelles pour vivre en chrétiens.

  

    La joie du Pardon - Jésus nous parle de la miséricorde de Dieu - 

Le service diocésain de la Catéchèse vous propose un DVD et un livret pour les enfants, afin de mieux comprendre le sacrement de Réconciliation en découvrant la parabole du fils prodigue. Cet outil est destiné à des enfants de primaire afin de les aider à préparer une première confession.

Le DVD comprend 6 séquences : 

1 - La parabole du fils prodigue (1mn30) - Théobule

2 -  La miséricorde de Dieu (5mn21) – Lecture de la parabole dans le but de découvrir que Dieu est Miséricorde et de comprendre ce que cela signifie. Comprendre à travers cette parabole : l’examen de conscience – la contrition – la confession – l’absolution – la pénitence.

3 - La célébration du sacrement de Réconciliation (7mn) – « Qu’est-ce que le péché ? Qu’est-ce que la confession ? Pourquoi se confesser ? L’examen de conscience – Comment se confesser ?

4 - Prière « Je confesse à Dieu » (1mn)

5 - Prière « Notre Père » - Glorious(2mn)

6 - Prière « Je vous salue Marie » - Nathanaël. (2mn)

En bas de cette page : livret "La joie du Pardon" à télécharger. Nous proposons le DVD et le livret au prix de 7 euros. Nous contacter par mail : audiovisuel@diocese64.org

 

 

Les fiches b.a.-ba téléchargeables ci-dessous ont été créées par familechretienne.fr 

Capture-_eucharistie.PNG

Qu'est-ce que l'Eucharistie ?

Il s'agit de la présence réelle de Jésus Christ sous l'apparence du pain et du vin. Comme le Christ lui-même nous l'a demandé lors de son dernier repas, le prêtre répète à la messe ses gestes et ses paroles en disant :

« Prenez et mangez ; ceci est mon corps.
Prenez et buvez ; ceci est mon sang.
Vous ferez cela en mémoire de moi ».

Il s'agit de la communion. Communion avec Dieu, à travers la présence de son Fils Jésus, et communion avec tous les chrétiens, qui expriment leur foi commune en disant :

« Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection, et nous attendons ta venue dans la gloire ».

Parmi les sacrements, l'Eucharistie tient une place unique. Tous les autres sacrements lui sont ordonnés ; elle est le sacrement des sacrements. Eucharistie signifie « action de grâce ». En effet, ce repas au cours duquel on fait mémoire de Jésus mort et ressuscité, est l'occasion de la plus grande action de grâce. Communier est à la fois un acte intime qui nous unit personnellement au Christ, et un acte d'Église qui construit la communauté. En recevant le corps du Christ, nous sommes appelés à vivre comme le Christ.

« Devenez ce que vous recevez ! »

1. Qu’apporte aux enfants leur première communion ?

La première communion, c’est recevoir pour la première fois le sacrement de l’eucharistie. Elle met en contact personnel avec le Christ en créant une relation intime. Elle touche leur cœur et leur fait prendre conscience que Jésus est tout proche d’eux. Elle les invite au recueillement pour rencontrer le Christ et leur apprend à demander à Jésus de les aider à être meilleur.

2. Âge de la première communion ?

Certains parents souhaitent que leur enfant fasse leur première communion assez jeune et ne soit pas obligé d’attendre la célébration organisée par le catéchisme, parce qu’ils pensent que leur enfant est prêt et que c’est d’abord une affaire personnelle. Cependant la première communion exige une préparation sérieuse et suppose que les enfants comprennent bien ce qu’est l’eucharistie. Le plus souvent elle a lieu à la fin de leur année de CM1. Il faut que les enfants participent régulièrement à la catéchèse pendant deux ans. Cela dépend aussi de la vie chrétienne de la famille.

3. Conditions de la première communion

La participation régulière à la messe dominicale constitue une expérience spirituelle exigée par l’Église pour accéder à ce Sacrement. Les paroisses proposent des célébrations dominicales où les enfants sont plus étroitement associés. Ces célébrations font partie de la préparation indispensable.

Il y a des conditions légales pour qu’un enfant fasse sa première communion. Un enfant ne peut la faire sans le consentement de ses parents, ou au moins de l’un d’eux, et, selon le droit civil français, la non-opposition de l’autre parent. Les parents ont en effet conjointement et en commun la responsabilité de l’éducation de leurs enfants et cela vaut pour l’éducation religieuse.

4. Préparation de la première communion

La préparation de la première communion se fait dans le cadre d’une petite retraite qui a souvent lieu en dehors du cadre paroissial. Certaines paroisses demandent aux enfants de choisir un texte de communion, par exemple un texte de l’Évangile, qui en exprime le sens. D’autres demandent qu’ils rédigent une lettre en formulant les motifs pour lesquels ils désirent communier.

La préparation comporte aussi l’expérience du Sacrement de Réconciliation, ou première confession.

L’Église demande que ce Sacrement précède la première Communion. Ce Sacrement a, en effet, un caractère éminemment pédagogique et évangélique. La confession avant la première communion n’est pas obligatoire, mais très souhaitable.

5. Première confession des enfants

La première confession des enfants a lieu habituellement en CE2. C’est une démarche personnelle de l’enfant qui est un peu inquiet avant et heureux après. La confession des enfants a lieu au cours d’une célébration que l’on appelle souvent Fête du Pardon.

 6. Outil KT réalisé par le Service Diocésain de la Catéchèse 64 : Préparation à la première des communions : "Mieux comprendre pour mieux vivre l'Eucharistie"

Le service diocésain de la Catéchèse vous propose un DVD, un livret pour les catéchistes, un livret pour les enfants, afin de mieux comprendre et mieux participer à la messe.

Le DVD comprend 6 séquences à visualiser séparément : Une introduction / les 4 parties principales de la messe / les différentes attitudes spirituelles.

L'objectif de cet outil : mieux participer à la messe de façon consciente et active autant qu'il est possible pour des enfants / Repérer les différentes parties de la messe / Repérer le changement entre le pain, le vin et la Présence Réelle de Jésus dans l'Eucharistie / Vivre les différentes attitudes spirituelles au cours de la messe.

En bas de cette page : livrets à télécharger. Un pour les enfants avec une feuille de petites vignettes à découper et coller et un pour les catéchistes comportant davantage d'explications ainsi que le "corrigé".

Nous proposons le DVD et les livrets au prix de 7 euros. Nous contacter par mail : audiovisuel@diocese64.org

 

  

Les fiches b.a.-ba téléchargeables ci-dessous ont été créées par familechretienne.fr 

Confirmation_09_19.jpg

LA CONFIRMATION :

On ne peut être confirmé que si on le désire vraiment et qu'on s'y prépare. La confirmation est en effet une démarche personnelle importante. La réception de l'Esprit Saint demande une préparation. La préparation de la confirmation se vit dans le cadre de l’aumônerie de l'enseignement public, de l'enseignement catholique ou même d'un mouvement catholique.

A quel âge reçoit-on la confirmation ?

L'âge de la confirmation est différent en orient et dans l'Église latine. L'âge de la confirmation est différent aussi selon les pays.

En Orient, ce sacrement est administré immédiatement après le Baptême. Dans l’Église latine on peut administrer ce sacrement à partir de l’âge de raison. Le code de droit canonique (Can. 891) dit "Le sacrement de confirmation sera conféré aux fidèles aux alentours de l'âge de raison, à moins que la conférence des Évêques n'ait fixé un autre âge".

En France, l'âge de la confirmation est fixé par chaque évêque pour son diocèse. Le sacrement de confirmation est donné parfois à la fin du CM2, mais actuellement plutôt dans la période de l'adolescence. 

Comment les jeunes se préparent-t-ils à la confirmation ?

Pour préparer la confirmation, les jeunes doivent s'inscrire, avec l'autorisation de leurs parents s'ils ont moins de 16 ans (âge de la majorité dans l'Église). La préparation à la confirmation comporte plusieurs temps forts : une journée de lancement, des soirées de préparation, un bilan personnel fait avec chaque jeune, un week-end de retraite. Les animateurs font réfléchir les jeunes sur la signification des gestes symboliques de la célébration (imposition des mains et onction de Saint Chrême) ainsi que sur le sens du sacrement (don de l'Esprit en vue du témoignage) et le renouvellement de la profession de foi de leur baptême.

 

"Confirmé dans la foi - 100 questions sur la confirmation" est un outil simple, adapté à tous les âges. Il sera d'un grand secours autant pour les "néophytes" que pour les plus avancés. Les nombreuses références au Catéchisme de l'Église catholique permettront aux accompagnateurs et aux confirmands de se référer sans cesse à ce document de référence et de puiser directement à la source de l'enseignement de l'Église. Préface par Monseigneur Marc Aillet.

(en vente au prix de 8.95 € dans vos librairies diocésaines)

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fiches b.a.-ba téléchargeables ci-dessous ont été créées par familechretienne.fr 

bapteme1.jpg

 

LE BAPTEME :

Beaucoup se posent des problèmes pratiques à propos du sacrement du baptême : comment le préparer ? Ou trouver des chants ? Quelles sont les conditions pour être parrain ou marraine ? etc. On se pose moins de question sur ce qui est pourtant l'essentiel :

Le sens du sacrement, ce qu'il nous apporte, les raisons pour lesquelles on fait baptiser ses enfants et pour lesquelles on se fait baptiser adulte. Pourquoi ce sacrement ?

Pourquoi fait-on baptiser son enfant ?

Pourquoi les parents font ils baptiser leurs enfants ? Pourquoi fait-on baptiser un enfant ? Parmi les parents qui demandent à faire baptiser leur enfant, beaucoup ne sont pas des chrétiens pratiquants. La cérémonie est souvent vécue d'abord comme une fête de famille : elle célèbre la naissance d'un petit enfant autour duquel on se retrouve. Elle est l'occasion de donner à son enfant un parrain et une marraine qui auront avec lui une relation plus personnelle. - Elle exprime aussi la volonté des parents de suivre la tradition familiale, d’élever leur enfant en leur faisant partager leurs valeurs et leurs principes moraux. Ils veulent leur transmettre ce qu'ils ont reçu. Cependant le sacrement nous apporte beaucoup plus.

Que nous apporte le sacrement du baptême ?

Le sacrement du baptême a une signification spirituelle et évangélique d'une grande richesse. Il nous unit au Christ, il nous fait participer à sa mort

et à sa résurrection et nous purifie du péché. Le sacrement nous donne l'Esprit saint qui apporte l'amour dans nos cœurs. Il nous rend pleinement enfant de Dieu et nous fait ainsi entrer dans la famille de Dieu qui est Père, Fils et Esprit. Le sacrement du baptême est une célébration ecclésiale qui nous fait entrer dans la communauté chrétienne, dans l'Eglise.
La différence entre le baptisé et celui qui n'est pas baptisé est plus spirituelle qu'extérieure, mais il y a aussi des différences extérieures, car le baptisé peut communier, recevoir la réconciliation et les autres sacrements et être enterré à l'Eglise. Il fait parti de la communauté chrétienne et peut avoir des responsabilités dans l'Eglise.

Comment découvre-t-on tout ce que nous apporte le sacrement du baptême ?

C'est souvent à l'occasion de la préparation de la cérémonie et de sa célébration que les parents prennent conscience de toute la signification de ce sacrement pour la vie chrétienne. Ils peuvent en effet faire une réelle démarche de foi au Christ et participer activement à la vie de la communaut� chrétienne. C'est parfois pour eux l'occasion d'un nouveau départ dans la foi. C'est habituellement au catéchisme que l'enfant d�couvre tout ce que le sacrement lui a apporté.

Quel est le sens des différents rites du sacrement du baptême ?

Le signe de la croix sur le front du baptisé marque du signe du Christ.
L'entrée dans l'Eglise : le sacrement du baptême est l'entrée dans la communauté chrétienne.
L'eau : la cérémonie du baptême purifie et donne la vie. L'eau versée exprime l'action de l'Esprit.
Le vêtement blanc : le changement de vêtement symbolise pour l'adulte le changement de vie. La robe blanche ou le vêtement blanc du bébé est le signe de la grâce du sacrement qui resplendit.
L'onction d'huile sainte : le baptisé est pénétré de l'Esprit de Dieu.
Le cierge allumé : le sacrement apporte la lumière du Christ et de l'évangile. C'est le cierge pascal

Que signifie les mots baptiser et baptême ?

Signification du mot baptiser ? Le mot « baptiser » est la francisation du mot grec "baptizein" qui signifie « plonger ». Baptiser, c'est plonger dans l'eau. Aujourd'hui, cette signification n'est plus guère évidente parce que baptiser en occident, consistent à verser un peu d'eau sur le front de l'enfant. - En anglais, il y a deux mots pour désigner la cérémonie du baptême : Baptism qui est plus liturgique et Christening qui signifie devenir chrétien.

 

 

 

Les fiches b.a.-ba téléchargeables ci-dessous ont été créées par familechretienne.fr 

Les sacrements sont des signes visibles du don gratuit (la grâce) de Dieu, institués par le Christ et confiés à l'Eglise.

Par les sacrements, le croyant entre et participe à la vie divine. Les rites visibles (eau, imposition des mains, onction...) sous lesquels les sacrements sont célébrés, signifient et réalisent les grâces propres de chaque sacrement (pardon de Dieu, vie de Dieu par le baptême, service des frères par l'ordination...)

L'Esprit Saint prépare aux sacrements par la Parole de Dieu. Les sacrements fortifient et expriment la foi, leur fruit, s'il est d'abord personnel, contribue aussi à la communion de toute l'Eglise. « Une âme qui s'élève, élève le monde».

L'Eglise célèbre les sacrements comme communauté structurée par les fidèles du Christ où chacun selon sa vocation particulière : les ministres ordonnés (diacres, prêtres et évêques), catéchises, lecteurs, missionnaires... assure la communion du Peuple de Dieu.

Les sacrements sont de trois ordres :

  • les sacrements de l'initiation (baptême, confirmation, eucharistie)
  • les sacrements de guérison (réconciliation, l'onction des malades)
  • les sacrements au service de la communion (l'Ordre, le Mariage)

« Le sacrement est le signe qui remémore ce qui a précédé, à savoir la passion du Christ ; qui met en évidence ce qui s'opère en nous pas la passion du Christ, à savoir la grâce ; qui pronostique, je veux dire qui annonce à l'avance la Gloire à venir » Saint Thomas d'Aquin (Somme Théologique Partie III, Question 60, Article 3)