Célibat

Y a-t-il une manière chrétienne d’ “ être célibataire ” ?
Écrit par Luc Adrian pour Famille Chrétienne

Il y a, bien sûr, la voie du célibat consacré pour le royaume ! Mais pour celui ou celle qui n'entend pas cet appel particulier et qui désire s'engager dans le mariage selon la conception chrétienne (liberté, fidélité, accueil de la vie), le parcours est exigeant et parfois difficile. Comment en effet vivre la confiance, la vraie liberté des enfants de Dieu et le don de soi dans la vie de tous les jours ? Dans son remarquable petit livre, Dieu ne m'a pas oublié, Dominique de Monléon apporte un témoignage très fin, profond et concret à la fois. Il y a plusieurs façons pratiques de vivre et d'exprimer cette foi, cette espérance et cette charité selon la spiritualité qui nourrit chacun. Il y a plusieurs manières chrétiennes d'être célibataire.

En quoi peut-on dire que le célibataire de 20 ans ne ressemble pas au célibataire de 25, de 30 ou de 45 ans ?
Il y a une grande différence, et cela me surprend toujours lorsque l'annonce de nos stages (pour des célibataires de 30 à 45 ans) est, par habitude, classée à la rubrique "jeunes" !
Le célibataire de 20 ou 25 ans a, comme on dit, toute la vie devant lui : c'est le temps de tous les projets et de tous les commencements.
Quinze ou vingt ans plus tard, celui qui est "toujours célibataire" se sent terriblement seul, décalé, en échec,...et face à la perspective de vieillir seul. Pour les femmes, la loi de la nature est encore plus terrible à mesure que diminue l'espoir d'être mère. D'où une grande inquiétude, parfois renforcée par les questions ou les commentaires de la famille et des amis.

On imagine souvent les célibataires comme “ peu épanouis ”. Comment tordre le cou à ce préjugé ?
Pour tordre le cou à un préjugé, observons le réel : vos ami(e)s célibataires sont-ils/elles tou(te)s renfermé(e)s, taciturnes, égoïstes, indécis(es), rabat-joie, incolores, incultes, insupportables,...! Nous pouvons vous dire que les célibataires que nous rencontrons ont, dans l'ensemble, les mêmes qualités, défauts, désirs, blessures, travers, enthousiasmes, ... que des personnes mariées du même age. Reste qu'il n'est pas facile de vivre une situation qu'on n'a pas choisie. Mais n'oublions pas que la vie de couple n'est jamais une facilité non plus.
Il ne nous semble pas qu'il y ait un syndrome du célibat, un gène de la solitude, un look spécifique,...
Il y a des personnes avec chacune son mystère. Certaines sont mariées, d'autres pas, souvent sans raisons apparentes. Pour en savoir plus sur ce sujet !

un livre : " Célibataires, osez le mariage " de Pascal Ide

Ecouter le Père Denis Sonet sur  "donner un sens à mon célibat":

http://www.famillechretienne.fr/layout/set/abonnement_layout/famille-education/celibat/pere-denis-sonet-donner-un-sens-a-mon-celibat-16782

 

Pour Cécile-Marie, 45 ans, célibataire, tante et marraine, c’est surtout ce qu’elle vit qui suscite des questions chez ses filleuls, sur sa foi, son célibat. « En tant que célibataire, j’ai du temps pour les écouter », explique cette professeure des écoles. « L’essentiel à transmettre, c’est de savoir que Dieu m’aime et que je peux l’aimer. À nous de faire tout notre possible, le reste appartient à Dieu. »