Communiqué de Mgr Marc Aillet

Dans la soirée du 9 mai, l’église de Notre-Dame de la Plaine a été vandalisée.

Si le tabernacle n’a pas été profané, une ou plusieurs personnes ont délibérément mis le feu à l’autel (dont la nappe et la partie supérieure ont été brûlés) ainsi qu’à la croix du sanctuaire. Le cierge pascal a été renversé et brisé. Des excréments ont même été trouvés près du baptistère…

C’est par le signe de la croix, arborée de rameaux de buis ou de laurier, qu’a commencé la semaine sainte pour les catholiques qui célèbreront, en ces jours, le cœur de leur foi : la passion, la mort et la résurrection de Jésus ! Il y a 30 ans, le bienheureux Jean Paul II, qui sera canonisé dans quelques jours par le Pape François, confiait aux jeunes du monde entier la croix qui continue d’accompagner le pèlerinage des JMJ à travers tous les continents : « Apportez-la au monde comme signe de notre Seigneur Jésus-Christ pour l'humanité, et annoncez à tous que le Salut et la Rédemption ne se trouvent que dans le Christ, mort et ressuscité ».

SOS chrétiens d’Orient est une association qui oeuvre à la réalisation de projets concrets promouvant la fraternité avec les chrétiens d’Orient. Après avoir passé les fêtes de Noël auprès des chrétiens syriens, l’association lance son nouveau convoi: Pâques en Irak, afin d’apporter soutien et présence à des communautés qui n’ont cessé de souffrir depuis des décennies. Voici la lettre de soutien qu'a adressé Mgr Aillet aux membres de cette association.

Les élections municipales, désormais toutes proches, vont se dérouler sur fond de tensions, voire de scandales qui empoisonnent la vie politique française, tous partis politiques confondus. Faut-il pour autant désespérer des politiques ?

LETTRE PASTORALE DE MGR MARC AILLET
POUR LE CARÊME 2014
AUX PRETRES ET DIACRES, CONSACRES ET FIDELES LAÏCS
DU DIOCESE DE BAYONNE, LESCAR ET OLORON

"Le paysage est moins beau lorsqu’on ne voit plus le ciel"

Au sortir de la rencontre de Concorde et Solidarité – instance qui réunit autour du maire les responsables religieux de Lyon, ceux-ci ont tenu à faire le communiqué suivant:

 

mardi, 04 février 2014 09:45

Notre Oui à la Vie

Editorial de Mgr Marc Aillet - Notre Église n°45 - Février 2014

Avec le projet de loi discuté à l’Assemblée nationale à partir du 20 janvier, c’est le drame de l’avortement qui revient sur le devant de la scène. L’intention du législateur est de passer d’une loi de dépénalisation à la reconnaissance d’un véritable « droit », en supprimant la clause de détresse qui devait en garantir le caractère d’exception, au profit d’une simple convenance personnelle : « si la femme ne désire pas poursuivre sa grossesse ». Les évêques de France, par le biais du Conseil permanent, ont publié un communiqué clair et ferme sur cette nouvelle menace contre la vie naissante, tout comme ils ont contesté énergiquement l’annonce d’une loi sur la fin de vie qui conduirait à légaliser l’euthanasie active ou le suicide assisté.

1.       Année 2013, année de la « manif pour tous »

2013 restera gravée dans les mémoires comme l’année d’une mobilisation citoyenne sans précédent autour des questions sociétales relatives à la vie et à la famille. Près de deux millions de pétitions signées, dont 100 000 de France, dans le cadre de l’initiative citoyenne européenne « one of us », pour la protection de l’embryon. 700 000 pétitions déposées au CESE contre le projet de loi de « mariage pour tous ». Des centaines de milliers, voire des millions de manifestants à Paris les 13 janvier, 24 mars et 26 mai contre la loi Taubira et pour la famille fondée sur l’union stable d’un homme et d’une femme, garante de la filiation. Sans doute, on peut à bon droit être frustré devant l’inefficacité apparente de cette mobilisation : pétitions déclarées irrecevables, manifestants traités par le mépris, violences policières, gouvernement sourd au cri de tout un peuple ! On pourrait même être tenté de se démobiliser, d’autant que l’on annonce la discussion prochaine d’un projet de loi sur la fin de vie, incluant la promotion du suicide assisté, sur la base d’une consultation populaire reposant sur un panel de … 18 citoyens triés sur le volet !

Publié le vendredi 3 janv. 2014, par Jean-Baptiste d'Albaret dans Politique Magazine (source)
 

Evêque de Bayonne, Lescar et Oloron, monseigneur Aillet porte haut la voix de l'église de France dans les débats en cours sur la famille. Pour lui, rien ne justifie de se rallier aux lois de la République quand elles s'opposent à la conscience.

Publié le 30/12/2013, dans la Semaine du Pays Basque par Jean-Philippe Ségot. L'interview original se trouve au lien suivant.

Nous allons commencer par une question quasiment philosophique. Je vois dans la presse un titre « Monseigneur Aillet dit encore ce qu’il pense ». Est-ce pécher dans cette société, surtout quand on est évêque, de pouvoir dire ce que l’on pense ?

Je crois que c’est important de dire ce que l’on pense. L’évêque est un homme libre par définition. Il représente une institution, qui est l’Eglise catholique, il est forcément en phase avec l’Eglise à laquelle il appartient et dont il est le représentant.

Page 22 sur 23