Dialogue catholiques-orthodoxes : les Bayonnais en pointe

Compte rendu du voyage oecuménique de Mgr Aillet en Russie, publié dans l'hebdomadaire La Semaine du Pays Basque n°1068 (du 4 au 10 avril 2014) par Alexandre de la Cerda, vice-Consul honoraire de Russie.

C’est sur l’initiative de Guillaume d’Alançon, délégué épiscopal à la pastorale de la famille et de la vie et à l’Académie Diocésaine pour la Vie, qu’une délégation présidée par l’évêque de Bayonne Mgr Aillet et composée de responsables laïcs œuvrant dans ce sens s’est rendue au siège du Patriarcat de l’Eglise orthodoxe russe à l’invitation de son Département des relations extérieures.

Le calendrier faisant bien les choses, la présence au sein de cette délégation de Thierry de La Villejégu, secrétaire général de la Fondation Jérôme-Lejeune, coïncide précisément avec le 20e anniversaire de la disparition de l’éminent professeur de génétique qui découvrit la trisomie 21 et lutta pour la « défense de la vie humaine dès sa conception et jusqu’à sa fin naturelle ». Parmi les autres participants figurent Aymeric Pourbaix, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Famille chrétienne, Grégor Puppinck, directeur du Centre européen pour le droit et la justice à Strasbourg ainsi que Caroline Roux, secrétaire générale d’Alliance Vita et coordonnatrice du service d’écoute SOSbébé lié à la maternité.

Organisé par l’higoumène Philippe Riabych, représentant de l’Eglise orthodoxe russe auprès du Conseil de l’Europe, ce voyage avait débuté lundi par une rencontre à l’ambassade du Saint-Siège en Russie avec le nonce apostolique Mgr Yurkovich, accompagné de Mgr Pezzi, Archevêque Métropolitain (catholique) de Moscou. L’occasion de ressentir les bonnes relations nouées désormais entre les deux églises, impression confirmée lors d’une table ronde, le lendemain, avec des religieux russes, dont l’archiprêtre Dimitri Smirnov, membre de la Commission patriarcale aux affaires de la famille et de la défense de la maternité, coprésident du Conseil d’éthique biomédicale du Patriarcat de Moscou, qui a clairement affirmé une « volonté de coopération avec l’Eglise Catholique ».

Les échanges se sont orientés vers les problèmes de la formation au mariage pour les jeunes en Russie, en particulier « le mariage religieux, en augmentation en Russie, ces dernières années ». A une question de Mgr Aillet sur la nécessité d’évangéliser les jeunes, le Père Smirnov a évoqué l’importante mobilisation des chrétiens russes sur Internet et à la télé s’ajoutant aux réunions familiales animées par des prêtres et aux “clubs de famille“. Le problèmes du remariage des divorcés a été abordé sous l’angle de « l’indulgence de l’église orthodoxe dans la vie pratique afin d’adoucir les blessures que l’être humain se fait lui-même », mais à l’opposé d’un quelconque “encouragement“.

Ce mercredi 2 avril, la délégation a été reçue par Mgr Hilarion de Volokolamsk, chef du département des relations extérieures du Patriarcat qui a fait part de son inquiétude devant la déliquescence des valeurs familiales traditionnelles en Europe, et particulièrement en France avec la loi sur “le mariage pour tous“. Il a également souligné son indignation à propos des persécutions des Chrétiens dans le monde dont le dernier épisode tragique du massacre par les rebelles islamistes des villages arméniens de Kessab en Syrie est ignoré par la plupart des media. Au nom des délégués français dont il a présenté les activités, l’évêque de Bayonne a remercié le métropolite Hilarion pour son accueil chaleureux. Ce jeudi matin, nos délégués ont participé à une réunion de l’instance interreligieuse groupant chrétiens, musulmans et bouddhistes où à été réaffirmée une volonté unanime de défendre les valeurs traditionnelles de la famille au sein d’une société civile de plus en plus sensibilisée à ce défi de notre temps !

 

Le massacre des Chrétiens d’Orient continue

L’Eglise orthodoxe russe ne cesse d’alerter les instances internationales à propos des persécutions islamistes contre les Chrétiens d’Orient et ce problème tragique et récurrent a été évoqué lors de la réunion au siège du Patriarcat de l’Eglise orthodoxe russe des responsables laïcs catholiques emmenés en Russie à l’initiative du délégué épiscopal bayonnais à la pastorale de la famille et de la vie, Guillaume d’Alançon.

Recevant la délégation présidée par l’évêque de Bayonne Mgr Aillet, Mgr Hilarion de Volokolamsk, chef du département des relations extérieures du Patriarcat, a fait part de son indignation à propos des persécutions des Chrétiens dans le monde, dont le dernier épisode tragique du massacre par les rebelles islamistes de pacifiques habitants chrétiens de la ville syrienne de Kessab est ignoré par la plupart des media. Selon Mgr Hilarion, « les responsables chrétiens doivent se fixer pour tâche globale d’empêcher le silence médiatique général qui entoure ces atrocités en leur donnant l’écho nécessaire au sein de la communauté internationale ».

Au début de l’année, le Patriarche de Moscou Cyrille avait déjà indiqué sa préoccupation devant la réduction notable du nombre de chrétiens en Irak depuis l’entrée des troupes étrangères dans ce pays en 2003 : « à l’époque, l’Irak comptait un million et demi de chrétiens. A présent, selon mes données, il y en a moins de 150 000 », avait indiqué le chef de l’Eglise orthodoxe russe en considérant « qu’il s’agit d’une catastrophe de civilisation parce que les chrétiens et les musulmans avaient jusque-là vécu en paix ».

Une angoisse que partage l’évêque de Bayonne qui a récemment adressé une lettre de soutien à l’association SOS chrétiens d’Orient qui œuvre à la réalisation de projets concrets promouvant la fraternité avec les chrétiens d’Orient. Après avoir passé les fêtes de Noël auprès des chrétiens syriens, l’association lance son nouveau convoi : Pâques en Irak, afin d’apporter soutien et présence à des communautés qui n’ont cessé de souffrir depuis des décennies. « Bénissant bien volontiers l’association, ses membres, et la mission “Pâques en Irak“», Mgr Aillet note que « les violences à l’encontre des chrétiens du Moyen-Orient, en constante augmentation, heurtent notre conscience et de plus en plus celle de nos contemporains. Organisées et préméditées, ces persécutions atteignent les communautés chrétiennes dans toutes les dimensions de leur existence : vie privée, familiale, sociale, civile et ecclésiale. Alors qu’il y a tout juste 10 ans la communauté chrétienne irakienne était une des plus nombreuses du Moyen-Orient et que les chrétiens y sont implantés depuis 2000 ans, elle est aujourd’hui en voie d’extinction du fait d’idéologies dévastatrices ».  [...]

EXTRAIT: l'article intégral est publié dans l'hebdomadaire La Semaine du Pays Basque n°1068 (du 4 au 10 avril 2014)

Alexandre de La Cerda
alexandre.delacerda@lasemainedupaysbasque.fr

source: http://www.lasemainedupaysbasque.fr/

 

Retrouvez notre précedent article: Mgr Aillet en voyage œcuménique en Russie